L’interview de Madonna avec Gorden Smart pour The Sun – Traduction Madonnarama
11 mars 2012 Interviews

L’interview de Madonna avec Gorden Smart pour The Sun – Traduction Madonnarama

Mise à Jour : Voici la partie 2 !

Concernant Karl Lagerfeld qui a dit d’Adele qu’elle était « trop grosse »…

« C’est horrible. C’est ridicule, c’est juste la chose la plus ridicule que j’ai jamais entendue.
Je n’aime pas qu’on dise du mal des autres — Je n’aime pas ça!
Adele a un talent fou et son poids n’a absolument rien à voir avec ce talent.
Ce qu’Adele doit savoir, c’est qu’en fin de journée, qu’on connaisse des hauts ou des bas, c’est dans notre façon de nous tenir, nous retenir et de garder notre intégrité que nous trouvons notre force personnelle.
Tout cela dépend des gens dont on s’entoure — nos amis, les gens qui tiennent à nous, à notre bien-être, dépassant le statut de superstar. C’est la chose la plus importante. »

Concernant la mort de Whitney Houston et Amy Winehouse…

« A peu près comme tout le monde, j’ai été choquée et j’ai eu du mal à y croire — tout spécialement avec Whitney Houston.
Pour Amy, il n’y a pas eu de secret concernant les challenges auxquels elle a été confrontée — Deux artistes brillantes, vraiment brillantes et deux pertes immenses.
Mais lorsque ce gens de choses arrivent, je suis toujours choquée par les mots qui sortent de nos bouche — ‘Quelle grande perte’ — et ça ne traduit pas suffisamment le ressenti.
Puis on réfléchit et on se dit ‘comment cela-t-il pu arriver ? comment les gens autour d’elles ont-ils pu laisser faire ?’
Nous avons perdu de tellement grands artistes de cette façon, quand on y pense.
Et pourtant l’histoire se répète encore et encore.
Une des choses qui m’a le plus choquée pour Whitney Houston, c’est que nous sommes toutes deux devenues chanteuses, en gros, au même moment.
Je me souviens que je la regardais chanter et je voyais les gens parler d’elle et je me disais ‘Oh my God, elle est tellement belle et aussi my God, quelle voix incroyable. J’aurais tant aimer pouvoir chanter comme ça.’ Je me souviens avoir été extrêmement envieuse et touchée par son innocence.
J’ai regardé un documentaire sur Serge Gainsbourg, l’artiste français, et on pouvait y voir une émission dans laquelle Whitney apparaissait, alors qu’elle démarrait à peine.
C’est assez curieux, parce que j’ai vu cette émission la semaine avant sa mort. Il la présentait sur la télévision nationale et disait en gros qu’il voulait la baiser — et l’expression sur le visage de Whitney… Elle était tellement innocente, et si jeune et si mignonne et elle en a vraiment rougit.
Et je me suis dit, ‘Nous sommes tous innocent à une époque de notre vie, et comme les chemins que nous empruntons sont curieux, par la suite.’
J’ai été choqué par cela — comme elle avait bien débuté et comment tout s’était fini de façon si tragique. »

Concernant le doigt d’honneur de M.I.A durant la performance du Super Bowl…

« Le truc c’est que nous étions sur le territoire du NFL.
Nous étions sur le territoire sacré du football et c’était un évènement très important et très regardé.
Tout le monde avait compris et acceptait que nous allions faire une performance — je cherche le mot adéquat — politiquement correcte.
Je pense que le NFL était plus inquiet de ma performance que de celle de quiconque auparavant, car ils pensaient que j’allais faire quelque chose de dingue et provocant.
Alors que moi, je ne voulais choquer personne. J’ai travaillé trop dur sur ce show pour envisager de faire chier le peuple.
Certains ont vraiment lutté afin que l’on m’accorde plus de temps en répétitions, et également que me soit fourni tout ce que je souhaitais, au niveau créatif.
Je me suis sentie obligée, à mon tour, de leur donner ce qu’ils attendaient de moi.
C’est à ce niveau que j’ai été contrariée, parce que je sais que j’ai mis des gens qui ont pris des risques pour moi, en situation délicate.
Ce n’est pas ce que je veux faire — Je ne veux pas causer de problèmes à des gens qui ont travaillé dur pour m’obtenir tout ce dont j’ai eu besoin, et c’est une première chose.
En second lieu, je ne savais pas que M.I.A l’avait fait et que tout le monde en avait été choqué.
‘ai donc regardé la diffusion et je suis presque passée à coté.
Et je me suis dit ‘Oh okay. Ca ne m’a pas paru particulièrement grave et je me suis dit qu’il y avait toujours deux versions d’une même histoire.
Vous savez, c’est un peu son truc. Elle est assez punk rock et d’une certaine façon, en remettant les choses dans leur contexte, on se rend compte que des choses bien plus dingues sont arrivées. »

Concernant sa prochaine tournée…

« Oh God, j’espère qu’on va faire un doigt d’honneur durant mon show. Cela ne sera probablement pas moi parce que je l’ai fait tellement souvent.
J’espère développer des idées parce que le puits créatif est un peu à sec.
Mais je viens de commencer les répétitions, la semaine dernière, et je me concentre surtout sur la musique, pour le moment.
J’ai des idées et beaucoup de travail devant moi.
Je suis terriblement anxieuse à ce sujet. »

Concernant prendre sa retraite du monde de la musique…

« Je pense que j’aime vraiment ce que je fais.
J’ai une voix, des opinions à partager et des choses à exprimer.
J’aime la musique, j’aime raconter des histoire.
Donc je pense que tant que je le sens, je vais continuer à faire ce que je fais. »



Dans une interview exclusive avec Gordon Smart pour « The Sun », Madonna confie ses sentiments concernant sa musique et son nouvel album, son divorce d’avec Guy Ritchie, sa relation tumultueuse avec ses enfants, etc.

En voici la première partie traduite exclusivement par Madonnarama…

Concernant le fait d’être mère de famille…

Je ne vais pas mentir — il est extrêmement difficile d’avoir quatre enfants et de concilier cette vie avec mon travail.
Chacun semble avoir une opinion sur la façon dont je mène ma vie.
Au final, je fais juste de mon mieux. Si les gens ne valident pas, c’est vraiment leur problème.

Concernant son divorce…

Parfois, je gère vraiment bien. Parfois c’est plus difficile.

Concernant le titre de MDNA « I Don’t Give A »…

Elle évoque le fait d’être mère célibataire.
C’est un challenge de jongler avec tout — multitâches est mon deuxième prénom. J’ai essayé de l’exprimer [à travers la chanson].

Concernant le fait d’être de retour en studio d’enregistrement…

C’était génial. J’adore ça. J’aime l’intimité d’un studio d’enregistrement et l’écriture.
Je me sers d’une partie différente de mon cerveau quand je travaille sur ma musique, comparé au travail sur un film.
Il y a un million de gens (sur un tournage) et je n’ai pas la possibilité de m’exprimer aussi viscéralement qu’en chantant, criant et sautant dans tous les sens.
C’était très différent. J’aime l’un autant que l’autre, mais tout particulièrement la simplicité de l’écriture d’une chanson après trois ans d’écriture d’un script, puis la réalisation, puis le montage et enfin parler sans cesse de mon film.
Quand je me suis assiste et je me suis mise à jouer de la guitare en chantant une chanson — j’en ai presque pleuré.

Concernant le fait d’être un exemple pour les gens…

J’espère être un exemple. J’espère donner à une voix aux filles, une voix aux femmes, et même être un exemple à suivre pour certaines. Je continue à recevoir des coups de partout et j’essaye de garder mon intégrité.
J’espère donc, inspirer les femmes et leur donner la force de surmonter les difficultés de leur vie, quoiqu’il leur arrive.

Concernant le fait d’avoir de jeunes enfants et des morceaux adultes sur MDNA…

Chaque fois que j’entre dans ma voiture et que la radio est allumée, je suis choquée par le nombre de chansons dont mes enfants connaissent les paroles.
Ils n’ont pas écouté l’intégralité de mon album, et surtout pas Gang Bang.
Je doute que ce titre soit jamais diffusé en radio. »

Concernant Lourdes…

Oui, [Lourdes] est ma choriste [sur la chanson Superstar]. Elle est entrée en studio, un jour et je lui ai dit ‘Oh, tu pourrais chanter cette partie de la chanson’ et elle a dit oui.
Sa voix est très bonne. Elle est assez timide et refusera même de l’admettre. Beaucoup de gens frappent à ma porte pour avoir son avis sur tout: les films, ce qui est in ou out…
Mais tout cela ne l’intéresse pas vraiment. Elle veut aller à l’école. Elle me dit ‘Maman, je veux juste être une fille normale, je ne me sens pas prête à tout ça.’
Je respecte beaucoup sa vision, mais si elle accepte de travailler avec moi à quelque niveau que ce soit, je l’accueille à bras ouverts.
Mais en général, c’est plutôt à ses devoir et à son école qu’elle se consacre.

Concernant la gloire…

Nous essayons d’avoir la vie la plus normale possible.
Ma vie avec mes enfants porte vraiment sur leurs devoirs, la santé, les cours de soutien, comme tout le monde.
La plupart vont dans une école française. Mon français n’est pas exactement impressionnant, mais il est correct. Tout le monde parle un français parfait, chez moi, sauf moi.
Je m’améliore quand il s’agit de comprendre quand ils parlent d’autre chose que leurs devoirs.
Je commence à comprendre et je dis, ‘Qu’as-tu dis là?’. Je connais les insultes les plus importantes, donc ils commencent à se méfier.

Sur le titre de l’album, MDNA…

C’est un anagramme de mon nom. Je ne pense pas vraiment en termes de controverse. Je vise plutot l’ironie.

Source: The Sun
Traduction: Madonnarama