L’interview de Madonna pour In Toronto Magazine: « La Diva de fer »
5 mars 2012 Interviews

L’interview de Madonna pour In Toronto Magazine: « La Diva de fer »

Madonna est-elle toujours crédible ? Plus que jamais !

Depuis le succès incroyable de son Sticky and Sweet Tour (400 millions de dollars), Madonna continue son ascension alors que le monde pleure les deux autres icônes des années 80, Michael Jackson et Whitney Houston. Pas de doute, elle nous enterrera tous !

Elle embrasse encore des filles (Nicki Minaj), elle remplit des stades, elle produit des singles infectieux (« Give Me All Your Luvin’ »), elle sculpte toujours son corps, réalise des films, emporte un Golden Globe Award, et reste la plus grande performeuse de tous les temps.

Pas mal pour une star de 53 ans dans un contexte musical obsédé par la jeunesse…

Lisez la traduction Madonnarama de ce qu’elle répond au magazine canadien « In Toronto »…

Concernant l’idée de réinvention de soi…

« La vie et l’amour m’inspirent.
Je pense que se réinventer est vital à notre survie en tant qu’artiste ou qu’être humain.
Je sais que c’est devenu un cliché en ce qui me concerne, mais cela reste une vérité.
La curiosité reste la force motrice de ma vie et de ma carrière.
Quand on cesse d’apprendre, de s’engager et de grandir, on est juste mort. »

Concernant Elton John…

« Il semble qu’il soit constamment énervé après moi, n’est-ce pas?
Je suis honnête quand je dis ne rien n’avoir contre lui.
Je suis fan de sa musique.
C’est un artiste brillant.
Et je continuerai de l’adorer et le respecter.
Il a le droit de s’énerver autant qu’il le souhaite.
J’aime l’idée qu’il pense à moi autant. »

Concernant l’idée d’abandonner la gloire pour l’amour…

« Oui, je le ferais.
Mais à nouveau, je me dis : Pourquoi ne pas avoir les deux ?
On ne devrait pas avoir à choisir. »

Concernant le fait de partir en tournée et enregistrer un album…

« Si ma nouvelle passion est de réaliser des films, partir en tournée et enregistrer des albums resteront mes premiers amours, à tout jamais.
Ma musique paye les frais fixes et me garde en forme.
En plus, c’est fun.
Je pense que les fans vont adorer.
Je n’ai pas voulu faire quelque chose de trop sérieux, parce que mon film m’a beaucoup demandé sur le plan artistique.
Je suis impatiente de monter sur scène pour danser et chanter.
Certains de mes enfants les plus jeunes vont pouvoir voir cet aspect de ma vie. »

Concernant MDNA…

« Je voulais faire un album joyeux et sans excuse.
Je pense que nous avons tous besoin de danser un peu, en ce moment.
Le monde a besoin de respirer un peu et [le DJ/producteur] Martin [Solveig] sait comment faire pour greffer un sourire sur les visages.
Et il y a bien sur, mon partenaire de tous les temps, William Orbit, qui m’aide à donner de la substance.
MDNA est un bel hybride d’introspectif et de fun. »

Concernant le Canada et si elle pense toujours que Toronto est un « État fasciste » (In Bed with Madonna)…

« Bien sur que non.
J’aime le Canada. Vous avez tout compris.
Mon pays aurait beaucoup à apprendre de vous autres. »

Madonna World Tour concert